Top 10 des questions à se poser pour éviter le vol de votre vélo.

“C’est quoi un bon antivol?”

La question la plus fréquente qui arrive très souvent juste après l’achat d’un vélo neuf ou d’occasion est: “quel est l’antivol dont j’ai besoin?”. Mais en fait, c’est quoi un bon antivol de vélo en 2022? Suivez le guide!

Owlee
7 min readMar 2, 2022

Globalement, il existe 5 catégories d’antivols sur le marché: les antivols à câble (communément appelés “spirales” ou “boas”), les chaînes, les U, les pliants et enfin les spécifiques commes les antivols de cadre ou les connectés.

Un bon antivol sur la papier, est tout simplement celui qui résistera le plus longtemps à une tentative d’effraction. Car oui et malheureusement pour nous, aucun antivol n’est inviolable en tant que tel. Peut être l’Altor SAF, mais très franchement, il y’a plus facile à transporter et à utiliser.

Si tu as suffisamment de muscles, l’Altor SAF est peut être fait pour toi.
crédits: bikeradar.com

Les niveaux de qualité et les seuils de résistance à l’effraction sont extrêmement variables d’un antivol à un autre. Vous avez le sentiment d’être perdu? Voici quelques astuces pour effectuer le meilleur choix.

Recherchez les certifications indépendantes

On vous a souvent conseillé de “prendre un cadenas Abus, parce que c’est une super bonne marque”. Certes, mais cela ne veut pas dire grand chose en tant que tel. Chaque marque possède en effet sa propre échelle évaluant le niveau de résistance de son produit.

Chez Abus par exemple, l’échelle de résistance va de 1 à 15 pour le vélo, mais jusque 20 pour la moto. Chez Trelock, de 1 à 6. Chez Axa, de 1 à 15. Chez BTWIN, de 1 à 10. (je continue?)

Mais est ce qu’un antivol Abus ayant une note de 12/15 offre le même niveau de résistance qu’un Trelock à 5/6? Et que signifie cette note? Que j’ai 1 une chance sur 6 de me faire voler mon vélo?

Evitez de demander à Alan de comparer les antivols. Fiez vous plutôt aux labels indépendants

Pour cette raison, recherchez plutôt attentivement la présence de labels évaluant de manière indépendante la résistance de votre antivol sur le packaging du produit.

Ces labels indiquent quels organismes ont effectué les tests de résistance, et quel a été le résultat obtenu lors de ces tests. Un label très répandu par exemple en Belgique, est celui de la fondation ART, aux Pays Bas, qui évalue de 0 à 5* la résistance de l’antivol à l’effraction.

“On a coutume de dire en Belgique qu’un antivol ART2* (c’est à dire, un antivol qui a été testé par la fondation ART ayant obtenu une note de 2*) est le minimum que l’on puisse exiger d’un antivol digne de ce nom.”

Il existe cependant bien d’autres labels qui sont également gage de sécurité comme le Sold Secure (UK), ou le CNPP (FR) qui est utilisé pour les antivols BTWIN notamment. Dans tous les cas: l’absence de label doit vous interpeler car cela signifie que le niveau de résistance à l’effraction de l’antivol n’a pas été testé par une autre entité que la marque elle-même.

Exemple de labels indépendants: Sold Secure (UK), ART (NL), Varefakta (DK), …

Ne vous fiez pas exclusivement aux prix pratiqués

C’est un peu la suite logique du message précédent: combien de fois ais-je déjà entendu: “j’ai acheté un antivol très cher, donc il est très résistant” ou encore (mon préféré): “la valeur de votre antivol doit être d’environ 10% du prix de votre vélo”

Soyons clairs: si bien souvent, un antivol relativement cher aura beaucoup de chances d’avoir été testé par un organisme indépendant, il n’existe pas de corrélation directe à proprement parler entre le prix d’un antivol et son niveau de résistance à l’effraction.

“Aujourd’hui, une large offre de produits, certifiés ART2* pour une fraction du prix proposé par les grands acteurs du segment sont accessibles.”

Pour moins de 50€ par exemple, vous pouvez tout à fait vous procurer 2 antivols ART2*, un U pour attacher votre cadre à un point fixe et un antivol de cadre pour protéger votre roue arrière. Faites un petit tour sur des sites marchands bien connus comme Bol.com, Mantel ou encore Decathlon pour vous en convaincre.

A l’inverse, il existe également des antivols très chers sans aucune certification indépendante ou preuve de résistance autre que celle fournie par la marque. Soyez vigilants car l’absence de label pourrait conduire un assureur à ne pas assurer votre vélo (même si vous avez payé plus de 80€ votre antivol). Si vous souhaitez en apprendre tout de suite davantage sur les produits d’assurance contre le vol de vélos, c’est par ici que ça se passe.

Spirale? Chaîne? U? Pliant? Cadre? Traceur GPS?

De gauche à droite: antivol type spirale, chaîne, U, pliant, cadre, traceur GPS.

Les “spirales”

Chaque antivol a les qualités de ses défauts. Les antivols type “spirales” sont encore aujourd’hui les plus largement vendus en depit de leur très faible résistance à l’effraction. Voyez les comme une toute petite protection pour des accessoires à faible valeur sur votre vélo (et encore). Sinon, enlevez les immédiatement de l’équation.

Les chaînes

Viennent ensuite les chaînes. Très répandues également mais peut être plus sensibles à l’effraction par pince monseigneur que les U. Elles sont en revanche beaucoup plus polyvalentes en s’adaptant à davantage de mobilier urbain que les U, et assez faciles à transporter grâce à la flexibilité des maillons. De plus en plus de modèles sont également proposés avec des hauts niveaux de certifications (ART3* ou 4*)

Les U

Les U en revanche, offrent encore à l’heure actuelle la meilleure résistance à l’effraction. Leur extrême rigidité, surtout pour les modèles ART3* ou 4*, en font un choix excellent dans des environnement particulièrement peu sûrs. Alors oui, ils sont peut être sensibles à la disqueuse électrique (comme tous les antivols soi dit en passant), mais cela demande déjà une certaine dextérité de s’attaquer à ce type de modèle sans se sentir trop inquiété. Couplé à un antivol de cadre, un voleur sera bien plus tenté d’aller chercher un vélo plus facile à dérober. Le vol est aussi souvent question d’opportunité, ne l’oubliez pas.

Les pliants

Les pliants, offrant un niveau de sécurité de minimum ART2* sont extrêmement rares sur le marché, et assez sensibles eux aux coupe boulons (là aussi, cela demande une certaine expérience pour forcer l’antivol) Leur principal avantage est la facilité de transport grâce à leur extrême compacité. Ils se fixent sans problèmes sur les vis de porte-bidon de votre vélo et s’intègrent parfaitement à votre vélo lors de vos déplacements. Facile à transporter, facile à utiliser.

Les antivols de cadre

Les antivols de cadre, pour ne pas dire, “un defender” (rien à voir avec Land Rover), sont une solution complémentaire à un antivol principal type U ou chaîne au rapport encombrement/prix/résistance hyper attractif. Ces antivols peuvent se visser directement sur le hauban arrière du cadre (lorsque la visserie est déjà prévue) ou à l’aide d’un adaptateur et protègent votre roue arrière en la rendant beaucoup moins vulnérable au vol.

Les traceurs

Enfin, les dispositifs type traceurs GPS sont beaucoup plus récents, et ne permettent pas à proprement parler de sécuriser votre vélo contre le vol, mais permettent de localiser votre vélo une fois celui ci volé. A l’instar des antivols de cadre, c’est une solution à envisager de manière complémentaire à votre antivol principal.

“Ok, mais je choisis quoi au final?”

“Si vous n’avez qu’une seule chose à retenir dans le choix de votre antivol, c’est de lire attentivement l’étiquette du produit et de contrôler le niveau de résistance de celui-ci, par un organisme indépendant agréé.”

En Belgique, la plupart des assureurs font confiance à la fondation ART. Si vous avez un doute ou si vous ne trouvez pas l’information sur le packaging du produit, il vous suffit de rentrer la marque ou le modèle d’antivol ici: https://www.stichtingart.nl/ puis de contrôler la note obtenue. Si l’antivol ne figure pas dans la liste, c’est qu’il n’a tout simplement pas été testé par la fondation.

Le reste est affaire de goût: selon votre budget, la confiance à priori que vous accordez aux marques et la facilité de transport ou d’utilisation que vous souhaitez avoir en utilisant votre antivol.

J’espère que ce petit article vous aura éclairé dans le monde merveilleux des antivols. Dans le prochain billet, nous aborderons cette autre question: “y’a-t-il une bonne manière d’attacher son vélo”?

Vous ignorez où stationner votre vélo? Téléchargez gratuitement notre application à partir des liens suivant:

🍏 iOS: https://apple.co/3Jl2kvI
🤖 Android: https://bit.ly/3HNYzOM

A très bientôt!

Erwan, Owlee

--

--

Owlee

Owlee is the best app for cyclists to ride safer and help them protect their bikes. Find secure parking spots. It’s free | www.owlee.bike